imprimer   diminuer taille taille normale augmenter taille   Partager   
Vous êtes ici : Accueil / L'établissement / Qualité et gestion des risques / Démarche qualité et gestion des risques

L'établissement

Démarche qualité et gestion des risques

La démarche qualité :


Le Centre Hospitalier de Cluny développe depuis plusieurs années une politique d’amélioration continue de la qualité et de la gestion des risques liés à la prise en charge.

La politique Qualité et Gestion des risques traduit la volonté de l’établissement à :

  • Placer le patient/résident au cœur des préoccupations de tous les professionnels et assurer la coordination de sa prise en charge,
  • Améliorer la qualité et la sécurité des soins par la mise en œuvre d’une démarche d’amélioration continue de la qualité, par l’évaluation des pratiques professionnelles et par une gestion des risques et des vigilances coordonnée.

Pour cela, un programme a été défini autour de 5 axes majeurs :

  1. Assurer la sécurité des soins et développer la prévention des risques
  2. Coordonner les soins pour une meilleure efficacité et mieux informer le patient
  3. Evaluer les organisations, les pratiques professionnelles et les pratiques de soins
  4. Accompagner, évaluer et former les professionnels tout au long de leur carrière
  5. Organiser et mettre en œuvre le management et la stratégie de l’établissement

La Gestion des Risques :

Une démarche de gestion des risques a pour but d’assurer la sécurité du patient et des soins qui lui sont délivrés et, en particulier, de diminuer le risque de survenue d’évènements indésirables.

Elle nécessite la mise en place d’une démarche pluri-professionnelle grâce à une organisation réunissant tous les acteurs concernés par la prise en charge des patients. Pour être efficace, la gestion des risques doit faire partie intégrante de la gestion quotidienne de l’établissement.

Il est aussi important de repérer et d’identifier les risques d’évènements indésirables dans le processus de soins. Il faut également analyser les risques, c’est à dire évaluer en termes de gravité et de fréquence puis rechercher les causes éventuelles. Enfin, il convient de traiter les risques jugés non acceptables, imaginer des solutions, le plus souvent sous forme de barrières de sécurité, susceptibles d’empêcher la survenue d’évènements indésirables redoutés ou à défaut d’en limiter leurs conséquences.

Il est nécessaire d’assurer le suivi de la démarche pour apprécier au mieux les risques subsistants, mettre en place un retour d’expérience, assurer un partage entre professionnels des enseignements tirés.

La sécurité ne peut pas être garantie en analysant uniquement le passé (approche a posteriori). Il est également important d’identifier des risques potentiels (approche a priori) afin de les maitriser.

C’est pour cela que l’on combine les deux approches :

  • une approche dite a priori (ou proactive), qui permet l’anticipation au maximum de la survenue d’événements indésirables éventuels, en se demandant ce qui pourrait mal se passer.
  • une approche dite a posteriori (ou réactive), qui, en présence d’événements indésirables déjà survenus, permet de s’interroger sur le déroulement de l’évènement.